Dieu seul DIEU Seul - Jésus amant divin de l'âme

Dieu seul Dieu le Père Connaitre Dieu Union à Dieu Royaume de Dieu Spiritualité

Saint Jean de Croix

La vive Flamme d'Amour
Oeuvres mystiques
Sept péchés capitaux
Purification du sens
Se confier à Dieu
Avantages pour l'âme
Purification de l'esprit
Imperfections des avancés
Contemplation obscure
Tourments spirituels
Peines et angoisses
Illumination de l'esprit
Explication
D'amour de Dieu
Purgatoire
Effets délicieux
La bienheureuse fortune
Contemplation secrète
L'Echelle secrète


Cette bienheureuse fortune, elle la fait connaître par les vers suivants :
Je sortis sans être aperçue,
Ma demeure étant pacifiée.

Elle emploie la figure d'une personne qui, pour mieux faire son coup, sort de chez elle la nuit, au milieu des ténèbres, alors que tous ceux de sa maison, livrés au repos, ne sont pas en état d'empêcher sa sortie.
Cette âme, qui se propose d'accomplir un haut fait, vraiment héroïque et tout à fait rare, celui de s'unir à son Amant divin, sort en plein air, parce que le Bien-Aimé ne se laisse trouver que dehors et dans la solitude. C'est pour ce motif que l'épouse demandait à le trouver seul. Qui me donnera ô mon frère, toi qui suces le sein de ma mère, de te trouver dehors et de te donner un baiser, disait-elle (Ct 8,1) ? Pour cette âme embrasée d'amour, il était d'une haute importance, en vue d'atteindre son but très désiré, de sortir durant la nuit, tandis que tous les gens de sa maison étaient en repos et plongés dans le sommeil ; en d'autres termes, alors que toutes les opérations vulgaires, toutes les passions et tous les appétits, qui sont comme les gens de la maison de l'âme, étaient assoupis par la nuit spirituelle, car, une fois éveillés, ils ne manquent jamais de troubler l'âme dans la possession de ses biens et portent continuellement atteinte à sa liberté. Ce sont là ces ennemis domestiques, dont notre Sauveur a dit dans l'Evangile : L'homme aura pour ennemis ceux de sa propre maison (Mt 10,36). Il convenait donc que les opérations et les mouvements de ces ennemis fussent assoupis dans cette nuit spirituelle. Autrement ils eussent fait obstacle aux biens surnaturels de l'union d'amour avec Dieu, dont l'âme ne peut entrer en possession, répétons-le encore, quand ses passions et ses appétits sont en mouvement et en action. C'est que toutes les opérations et tous les mouvements naturels entravent plus qu'ils ne favorisent la réception des biens spirituels de l'union d'amour, par la raison que toute l'habileté naturelle est incapable d'atteindre aux biens surnaturels que Dieu, par sa seule infusion, dépose dans notre âme passivement, secrètement et silencieusement. Il est indispensable pour les recevoir que toutes les puissances soient au silence et se comportent passivement, sans entremettre dans cette oeuvre leur opération grossière et leurs basses inclinations.

Ce fut donc un grand bonheur pour cette âme que, durant cette nuit spirituelle, Dieu ait plongé dans le sommeil toute la domesticité de sa maison, c'est-à-dire ses puissances, ses passions, ses affections, avec ses appétits tant sensitifs que spirituels. Elle pourra de cette façon atteindre l'union spirituelle du parfait amour de Dieu sans être aperçue, c'est-à-dire sans être entravée par ses passions, ses affections, ses appétits, qui se trouvent assoupis et mortifiés, parce qu'on les a laissés dans l'obscurité, privés de leur compréhension, de leurs sentiments bas et naturels, précisément pour qu'ils n'empêchent pas cette âme de sortir d'elle-même et de la demeure de sa sensibilité et sensualité.

Oh, quel bonheur pour une âme de s'échapper de cette demeure de sa sensualité ! On ne peut, je crois, comprendre toute l'étendue de ce bonheur que si on l'a goûté. L'âme voit en pleine lumière quelle misérable servitude était la sienne, lorsqu'elle se trouvait assujettie aux opérations de ses puissances et aux mouvements de ses appétits. Elle comprend que la vie de l'esprit constitue la vraie liberté, la vraie richesse, qu'elle procure des biens inestimables. Nous en indiquerons quelques-uns dans les strophes qui vont suivre, afin de montrer avec plus d'évidence encore combien l'âme a raison de regarder comme "une heureuse fortune" son passage par l'affreuse nuit que nous avons décrite.

1 | 2