Dieu seul DIEU Seul - Lumière divine

Dieu seul Dieu le Père Connaitre Dieu Union à Dieu Royaume de Dieu Spiritualité

Saint Jean de Croix

La vive Flamme d'Amour
Oeuvres mystiques
Sept péchés capitaux
Purification du sens
Se confier à Dieu
Avantages pour l'âme
Purification de l'esprit
Imperfections des avancés
Contemplation obscure
Tourments spirituels
Peines et angoisses
Illumination de l'esprit
Explication
D'amour de Dieu
Purgatoire
Effets délicieux
La bienheureuse fortune
Contemplation secrète
L'Echelle secrète

Cette nuit ne plonge l'esprit dans les ténèbres que pour l'illuminer

Il nous reste à dire comment cette nuit ne plonge l'esprit dans les ténères que pour l'illuminer universellement, comment elle ne l'humilie et ne le réduit à la dernière misère que pour l'élever et l'exalter, comment elle ne l'appauvrit et ne le dépouille de toute propriété et de toute attache naturelle que pour le rendre capable de goûter divinement tous les biens d'en haut et d'en bas, grâce à la liberté universelle qu'elle lui confère.
  Les éléments, pour pouvoir se communiquer à toutes les entités et à tous les composés naturels, ne doivent être soumis à aucune couleur, à aucune odeur, à aucune saveur paticulière, afin d'être aptes à concourir à toutes les saveurs, à toutes les odeurs, à toutes les couleurs. L'esprit de même doit être simple, pur, dénué de toute affection naturelle, pour pouvoir communiquer en toute ampleur et liberté avec cette divine Sagesse qui, à cause de sa pureté, permet de goûter excellemment la saveur qui est en toutes choses. Sans une telle purification, l'esprit ne serait nullement capable de jouir de cette abondance de saveur spirituelle, car une seule attache, une seule vue particulière qui affecterait l'esprit, soit actuellement, soit habituellement, suffirait à l'empêcher de sentir, de goûter, de s'assimiler l'exquise et intime saveur de l'esprit d'amour, saveur qui renferme en souveraine excellence toutes les saveurs.
  Voyez les enfants d'Israël. Parce qu'il leur était demeuré une affection et un souvenir pour les viandes et les autres aliments dont ils se nourrissaient en Egypte (Ex 16,3), ils étaient incapables de goûter dans le désert le pain des anges, je veux dire la manne qui, au témoignage de l'Ecriture, renfermait en soi toutes les saveurs et prenait le goût que chacun souhaitait (Sg 16,21). De même, tant que l'esprit est entaché de quelque affection actuelle ou habituelle, ou entravé par les connaissances particulières ou quelque autre notion limitée, il est incapable de goûter au gré de la volonté les délices de la liberté spirituelle.
  La raison en est que les affections, les sentiments, les connaissances de l'esprit arrivé à l'état de perfection sont divins, et, par conséquent, d'une nature toute différente de ceux qui dérivent de la nature, et d'une bien autre éminence. De façon que pour entrer, soit d'une manière actuelle, soit d'une manière habituelle, en possession des uns, il faut nécessairement anéantir les autres, car deux contraires ne peuvent subsister à la fois dans un même sujet, et ils s'anéantissent mutuellement.
  C'est pourquoi il est si important et si nécessaire, pour que l'âme atteigne des biens si élevés, que cette obscure nuit de contemplation vienne auparavant l'anéantir et la dégager de ce qu'il y a en elle de bas et d'imparfait, et à cet effet la réduise aux ténèbres et à la sécheresse, la sépare et la dépouille. La lumière qui va lui être donnée est une lumière sublime et divine, qui excède toute lumière naturelle et que l'entendement est naturellement incapable de percevoir.
Il faut donc que l'entendement, pour être en état de s'unir à elle et devenir divin en l'état de perfection, soit auparavant purifié, anéanti quant à ses lumières naturelles, par le moyen des ténèbres où le plonge cette obscure contemplation. Combien dureront ces ténèbres ? Autant qu'il est nécessaire pour anéantir et faire disparaître l'habitus imparfait dont l'entendement est entaché de longue date quant à sa manière de connaître, et pour le remplacer par l'illumination divine. C'est en vue de transformer sa capacit naturelle qu'il est plongé dans des ténèbres si profondes, si terribles, si extraordinairemnt douloureuses. Ces ténèbres se font sentir jusque dans les profondeurs de la substance de l'esprit. De là vient qu'elles lui font l'effet de ténèbres substantielles.
  Il en est de même pour la volonté. Comme l'amour qui lui sera départi dans l'union divine sera un amour divin, par conséquent très subtil, très exquis et très intime, un amour qui surpasse toutes les affections et tous les sentiments forcément imparfaits de la volonté, comme aussi tous les appétits de cette puissance, il faut pour qu'elle soit rendue capable de goûter par union d'amour une si divine affection, une délectation si sublime, il faut, dis-je, qu'elle soit d'abord purifiée, anéantie en toutes ses affections et en tous ses sentiments, et à cet effet laissée en proie à l'angoisse et à la sé&cheresse. Cet état se prolongera autant qu'il sera nécessaire, vu l'habitus des affections naturelles qui est en elle, tant à l'égard des choses divines qu'à l'égard des choses humaines. L'âme ainsi exténuée, desséchée, dégagée, dans le feu de cette obscure contemplation, de tous les genres de démons, comme le coeur du poisson que Tobie plaça sur les charbons (Tb 6,17-18; 8,2), elle se trouvera dans une disposition toute nouvelle de pureté et de simplicité. Alors, toutes les contrariétés actuelles et habituelles dont elle était encore entachée, comme nous l'avons dit, ayant disparu, elle sera capable des touches sublimes et extraordinaires du divin amour, dans lequel elle se verra transformée.

1 | 2