Dieu seul DIEU Seul - De la bénédiction du péché

Dieu seul Dieu le Père Connaitre Dieu Union à Dieu Royaume de Dieu Spiritualité

Maître Eckhart

Instruction spirituelle
De la volonté
De l'abnégation
Etre avec Dieu
Oeuvre et être
La retraite spirituelle
De la vigilance
Bénédiction du péché
Du repentir
De la Vie éternelle
La vrai pénitence
Du sacrement
Chercher Dieu
Recherche spirituelle
Du désistement de soi
Absence de besoins


Qui a laissé son moi derrière soi, il ne peut à proprement parler jamais, par aucune action, être privé de Dieu. S'il arrivait pourtant qu'il trébuchât du pied ou de la langue, ou qu'une autre chose quelconque tournât de façon fâcheuse, encore que Dieu fût au principe de son oeuvre : il faut bon gré mal gré qu'il prenne le dommage sur lui, sans que tu puisses pour cela en aucune manière abandonner ton oeuvre ! On n'est sans doute jamais tout à fait exempt, en cette vie, de pareils incidents. Mais de ce qu'il peut y avoir aussi des rats dans le grain on ne doit pas pour cela jeter le bon grain. Celui qui est bien disposé et s'y connaît en Dieu, toutes ces épreuves et ces incidents tournent au contraire à son sérieux avancement. Car, à l'homme bon, toutes choses doivent concourir pour le mieux - comme le dit saint Paul et aussi saint Augustin : même le péché.

  Avoir péché n'est pas un péché dès que nous en avons de la peine. Certes on ne doit pas vouloir commettre le péché pour rien au monde ni dans le temps ni dans l'éternité, ni "mortels" ni "véniels" mais absolument aucun. Quiconque a une compréhension des choses divines aura toujours devant les yeux que le Dieu fidèle et clément a tiré l'homme d'une vie pécheresse pour le conduire à une vie divine, d'ennemi qu'il était en a fait son ami - ce qui est plus que de créer une nouvelle terre !
  Certes, il n'y a guère de plus fort penchant que celui d'établir l'homme entièrement sur Dieu et de l'embraser merveilleusement pour ainsi dire du puissant amour de Dieu ! Mais qui serait réellement recueilli dans la volonté de Dieu il ne voudra pas non plus que le péché dans lequel il est tombé puisse ne pas du tout avoir eu lieu.
Non pas en tant qu'il est une offense à Dieu : mais en tant que tu es par là astreint à un amour d'autant plus grand et que par ce péché tu te sens amoindri et humilié. Car, même si ton action était dirigée contre Dieu, tu peux pourtant faire confiance à Dieu qu'il ne t'aurait pas infligé une chose pareille s'il n'avait pas voulu par là susciter ton plus grand bien. Mais quand, alors, l'homme se redresse résolument et se détourne du péché, le bon Dieu fait comme si l'homme n'était jamais tombé en faute et ne veut pas, ne serait-ce qu'un instant, lui faire expier tous ses péchés : et s'il y en avait plus que l'humanité n'en a jamais amoncelés, jamais Dieu ne voudra lui en faire expier une partie, il est capable d'avoir avec cet homme toute l'intimité dont il a jamais gratifié aucun mortel. S'il le trouve maintenant autrement disposé, il ne ragarde pas ce qu'il a été auparavant ! Dieu est un Dieu du présent : comme il te trouve, il te prend et te permet de venir à lui. Il ne demande pas ce que tu as été, mais ce que tu es maintenant. Tout le dommage et toute la honte qui ont été faits à Dieu par le péché, il veut bien les laisser retomber sur lui pendant des années, afin seulement que par après l'homme en arrive à une accablante connaissance de son amour, et que son attachement et sa gratitude deviennent d'autant plus forts, son sérieux et son zèle d'autant plus ardents, comme cela arrive généralement en bonne justice après le péché.
  C'est pourquoi Dieu a frappé le plus souvent de la misère du péché justement les hommes qu'il a voulu choisir pour de grandes choses. Regarde : qui était plus cher à Notre-Seigneur et davantage dans son intimité que les apôtres ? Il n'en reste pas un seul qui ne soit pas tombé, tous ont péché mortellement ! Dans l'Ancien et dans le Nouveau Testament, il n'a cessé de le démontrer à ceux qui se tenaient derrière lui, qui sait combien près. Et aujourd'hui encore on entend rarement parler de gens qui vont loin et qui ne se sont pas d'abord égarés. En quoi Dieu veut nous donner à connaître sa grande miséricorde et nous exhorter à la vraie humilité et à la componction. Car aussi souvent que le repentir se renouvelle, l'amour est aussi puissamment renforcé et renouvelé.