Dieu seul DIEU Seul - De la vrai pénitence

Dieu seul Dieu le Père Connaitre Dieu Union à Dieu Royaume de Dieu Spiritualité

Maître Eckhart

Instruction spirituelle
De la volonté
De l'abnégation
Etre avec Dieu
Oeuvre et être
La retraite spirituelle
De la vigilance
Bénédiction du péché
Du repentir
De la Vie éternelle
La vrai pénitence
Du sacrement
Chercher Dieu
Recherche spirituelle
Du désistement de soi
Absence de besoins


Beaucoup de gens estiment qu'il leur faut entreprendre des choses pénibles avec un comportement extérieur ; comme jeûner, marcher pieds nus et autres choses de ce genre. On appelle cela : des pénitences.
  Mais la meilleure pénitence - par laquelle on fait vraiment de grands progrès - consiste en ce qu'on se décide à se détourner complètement de ce qui, en nous, n'est pas absolument Dieu et divin et du monde entier ; et en ce que nous nous tournions résolument, en échange, vers notre Dieu bien-aimé, dans un don de nous-mêmes à toute épreuve, en sorte que notre pensée et nos désirs soient vivement tendus vers lui. L'oeuvre par laquelle cela te réussit le mieux, c'est justement celle-là qui te convient, et plus tu t'y livres, plus la pénitence et le repentir sont de bon aloi et vidangent le péché, en même temps d'ailleurs que tout purgatoire. Oui, si au dernier moment tu voulais avec un sincère regret te détourner de tous les péchés et te tourner vers Dieu avec une résolution égale : et si tu avais commis tous les péchés qui ont été amoncelés depuis le temps d'Adam et le seront jusqu'à l'avenir le plus éloigné, tout cela en même temps que le purgatoire te sera entièrement pardonné, en sorte que, mourussses-tu sur l'heure, tu serais conduit devant la face de Dieu !
  Ceci est la vraie pénitence. Et elle est produite le plus parfaitement, comme à son sommet, dans la précieuse passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Plus on s'approche de ce modèle, dans la même mesure se détachent de nous tous les péchés en même temps que leur peine. Nous devons nous habituer dans toute notre action et notre inaction, dans notre souffrance et notre vie, à nous modeler sur la vie et les oeuvres de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et à n'avoir en vue en tout temps que lui et les desseins qu'il a toujours eus sur nous.
  Cette " pénitence " est simplement l'élévation de l'âme au-dessus de tout ce qui est fini, une entrée en Dieu. Les oeuvres par lesquelles cela te réussit le mieux, consacre-toi à elles hardiment. Et si une oeuvre extérieure telle que la veille, le jeûne, la lecture ou quelque autre chose y fait obstacle, laisse-la délibérément de côté sans te soucier de ce que tu pourrais par là laisser échapper de " pénitence ". Dieu ne regarde pas ce que sont les oeuvres, mais seulement l'amour, la dévotion, l'esprit qui sont dans ces oeuvres : peu lui importent nos oeuvres mais uniquement nos dispositions intimes, qu'il soit en tout notre but. Car il est par trop avide celui à qui Dieu ne suffit pas. Que ceci te soit une récompense suffisante dans toutes tes oeuvres : que Dieu les connaît et que tu le prends en elles comme but !
  Plus tu fais cela nettement et résolument, plus tes oeuvres expient profondément tout ce qui est peccamineux. Tu dois considérer que Dieu a été un rédempteur général du monde entier - et je dois lui en être encore beaucoup plus reconnaissant que s'il m'avait sauvé tout seul ! De même tu dois être aussi un rédempteur général de tout ce que tu as corrompu en toi par le péché. Jette-toi, tel que tu es, en lui ! Si tu as par tes péchés corrompu ton coeur et tes sens et ton âme et toutes ses puissances : pense que ce qui est de toi et en toi, tout cela est tout à fait malade et pourri. C'est pourquoi fuis vers lui, en qui il n'y a rien de malade mais seulement la pure santé : afin qu'il soit un rédempteur général de toute corruption en toi aussi bien intérieur qu'extérieure !