Dieu seul DIEU Seul - PURGATOIRE

Dieu seul Dieu le Père Connaitre Dieu Union à Dieu Royaume de Dieu Spiritualité

Saint Jean de Croix

La vive Flamme d'Amour
Oeuvres mystiques
Sept péchés capitaux
Purification du sens
Se confier à Dieu
Avantages pour l'âme
Purification de l'esprit
Imperfections des avancés
Contemplation obscure
Tourments spirituels
Peines et angoisses
Illumination de l'esprit
Explication
D'amour de Dieu
Purgatoire
Effets délicieux
La bienheureuse fortune
Contemplation secrète
L'Echelle secrète


Cette effroyable nuit est un purgatoire, dans lequel la divine Sagesse illumine ici-bas les hommes
de la même lumière qui purifie et illumine les anges dans le ciel.

Nous venons de le voir, de même que l'âme, dans cette nuit obscure, est purifiée par le feu d'amour au sein des ténèbres, de même elle s'enflamme peu à peu au sein des mêmes ténèbres. Nous l'avons vu aussi, comme les esprits se purifient dans l'autre vie au moyen d'un feu ténébreux et matériel, ainsi en cette vie ils se purifient au moyen d'un feu d'amour ténébreux et spirituel. Il y a cette différence que dans l'autre vie ils se purifient par le feu, tandis qu'ici-bas ils se purifient et s'illuminent uniquement par l'amour. C'est cette purification que demandait David, lorsqu'il disait : "Crée en moi un coeur pur, ô mon Dieu" (Ps 50,12). En effet , la pureté du coeur n'est pas autre chose que l'amour et la grâce de Dieu, et notre Sauveur appelle ceux qui sont «purs de coeur, bienheureux» (Mt 5,8), ce qui revient à dire enflammés d'amour, puisque la béatitude ne se donne qu'à l'amour.

Que l'âme se purifie à mesure qu'elle est illuminée par ce feu d'amoureuse sagesse - car Dieu n'accorde jamai la sagesse mystique sans l'amour, parce que c'es l'amour lui-même qui la verse en nous -, Jérémie nous le déclare quand il dit : "Il a enoyé d'en haut un feu dans mes os, et il m'a enseigné" (Mm 1,13). David, de son côté, appelle la "sagesse de Dieu un argent éprouvé par le feu" (Ps 111,7), c'est-à-dire par le feu purificaeur de l'amour. Cette obscure contemplation verse donc en l'âme l'amour et la sagesse, à chacun selon sa capacité et son besoin. "Elle ilumine l'âme et la purifie de ses ignorances" (Si 51, 25_26), nous dit le Sage, qui en avait fait l'expérience.

Nous pouvons inférer de tout cela que la sagesse de Dieu, qui purifie nos âmes, est la même qui purifie les anges de leurs ignorances en leur communiquant l'intelligence et en leur découvrant ce qu'ils ne savaient pas, descendant de Dieu à travers les hiérarchies angéliques, depuis la première jusqu'à la dernière, et de celle-ci sur les hommes. De là vient que toutes les oeuvres accomplies par les anges, ou sous leur inspiration, sont dites très véritablement et à très juste titre dans l'Ecriture tantôt opérées par Dieu et tantôt opérées par les anges, parce qu'ordinairement Dieu les accomplit par leur moyen, son opération passant des uns aux autres sans aucun retard, de même que le rayon de soleil traerse plusieurs vitres disposées pour le recevoir. Le rayon, disons-nous, passe par toutes les vitgres. Chacune d'elles cependant l'envoie et l'infuse à lla suivante quelque peu modifié, suivant sa nature à elle, un peu abrégé ou affaibli selon qu'elle est plus ou moins proche du soleil.

Ce qui revient à dire qu'à proportion qu'ils sont plus rapproché de Dieu, les esprits, soit supérieurs, soit inférieurs, sont plus purs et plus illuminés, parce que leur purification est plus universelle ; les derniers reçoivent cette illumination d'une manière plus faible et plus éloignée. D'où il suit que l'homme, placé au dernier rang des esprits, lorsque s'écoule sur lui cette amoureuse contemplation, parce qu'il plaît à Dieu de la lui accorder, la reçoit nécessairement à sa manière, c'est-à-dire d'une façon très limitée et douloureuse.
En effet, tandis que la lumière de Dieu éclaire l'ange lumineusement et suavement en amour, elle illumine l'homme faible et souillé en le plongeant dans les ténèbres et en lui causant une vive souffrance - tel le soleil qui éclaire l'oeil malde en le faisant souffrir - jusqu'à ce que le feu d'amour l'ayant purifié, spiritualisé, subtilisé, il soit en état de recevoir l'amoureuse influence suavement et à la façon des anges. C'est ce que nous expliquerons plus loin avec l'aide de Dieu. Pour le moment, la contemplation, l'amoureuse connaissance, est reçue au milieu des tourments et des angoisses d'amour que nous avons décrits.

L'âme ne sent pas toujours cet embrasement et ces angoisses d'amour. Au début de la purification spirituelle, le feu divin s'applique davantage à sécher et à disposer la matière sur laquelle il doit agir, qu'à l'échauffer ; mais avec le temps, il commence à échauffer l'âme, qui sent alors d'une manière gabituelle la chaleur et l'embrasement d'amour.
Lorsque la purification de l'entendement avance grâce à l'action des tébèbres, il arrive parfois que ll'influence amoureuse et mystique, qui enflamme la volonté, touche et illumine l'entendement de quelque connaissance ou lumière divine, et cela d'une manière exquise et délicieuse. Grâce à ce secours, la volonté s'échauffe merveilleusement. Sans qu'elle y contribue en rien, le feu divin jette alors de vives flammes, en sorte que l'âme, par cette vive intelligence qui lui est communiquée, semble tout en feu. C'est la réalisation de cette parole de David : "Mon coeur s'est échauffé au-dedans de moi, et durant ma prière un feu s'est allumé" (Ps 38,4).

Cet embrasement d'amour opéré à la fois dans les deux puissances, l'entendement et la volonté, qui se trouvent ici unies, est pour l'âme une faveur pleine de richesses et de délices. Il y a là, en effet, un contact de la Divinité, et un commencement de cette parfaite union d'amour qu'elle attend. Aussi l'on n'arrive pas à cette touche sublime d'amour de Dieu sans avoir enduré des peines très intenses, sans avoir subi djà une partie de la purification spirituelle. Il y a des degrés d'amour moins élevés, qu'un plus grand nombre expérimente, et qui ne requièrent pas une purification aussi complète.

De ce que nous venons de dire il ressort qu'en vertu de ces dons spirituels que Dieu infuse passivement dans l'âme, la volonté peut fort bien aimer sans que l'entendement connaisse, et l'entendement connaître, sans que la volonté aime. En effet, cette nuit obscure de contemplation se composant de lumière et d'amour - comme le feu donne à la fois lumière et chaleur, - rien ne s'oppose à ce que a lumière amoureuse venant à se communiquer, elle touche paraois de préférence la volonté qu'elle enflamme d'amour, tandis qu'elle laisse l'entendement dans l'obscurité, sans darder sur lui ses rayons. D'autres fois, au contraire, elle illuminera l'entendement et lui communiquera l'intelligence, en laissant la volonté dans la sécheresse. De même, on peut recevoir la chaleur du feu sans percevoir sa lumière, comme aussi recevoir sa lumière sans percevoir sa chaleur. Cela dépend de l'opération du Seigneur, qui verse ses dons comme il lui plaît.