Dieu seul DIEU Seul - Du Repentir

Dieu seul Dieu le Père Connaitre Dieu Union à Dieu Royaume de Dieu Spiritualité

Maître Eckhart

Instruction spirituelle
De la volonté
De l'abnégation
Etre avec Dieu
Oeuvre et être
La retraite spirituelle
De la vigilance
Bénédiction du péché
Du repentir
De la Vie éternelle
La vrai pénitence
Du sacrement
Chercher Dieu
Recherche spirituelle
Du désistement de soi
Absence de besoins


Il y a deux expèces de repentir. L'un est temporel et de nature sensible, l'autre est divin et surnaturel. Le repentir temporel ne fait que se harceler toujours plus profondément dans une peine toujours plus cruelle et plonge l'homme dans une détresse telle qu'il semblerait qu'il doive immédiatement désespérer. Il reste enfoncé dans la misère et ne peut démarrer : il n'en sort rien.
Autre est le repentir divin. Dès qu'apparaît dans l'homme une simple réprobation intérieure, aussitôt il s'élève aussi vers Dieu et, armé soigneusement contre tout péché, s'établit dans une volonté inébranlable. Et de là il s'élève à une confiance en Dieu sans bornes et acquiert une assurance illimitée. Et il en jaillit une joie spirituelle qui soulève l'âme au-dessus de toute détresse et de toute misère et l'enchaîne à Dieu. Et plus il se sent coupable et plus nombreux sont ses forfaits, plus il a de raisons de se lier, dans un abandon sans réserve, à Dieu en qui il n'y a pas de péché ni de mal.
C'est pourquoi la dernière étape que l'on puisse franchir si l'on veut aller à Dieu dans le recueillement et la dévotion est : être sans péché par la vertu du repentir divin. Et plus le péché vous paraît lourd à vous-mêmes, plus Dieu est prêt à le pardonner, à venir à l'âme et à en expulser le péché. Chacun ne met-il pas toute son agilité à se débarrasser de ce qui lui est le plus contraire ? Plus les péchés sont nombreux et mauvais, plus ils sont contraires à Dieu, et plus Dieu les pardonne volontiers et vite. A peine donc le repentir divin s'élève-t-il vers Dieu, et tous les péchés ont plus tôt fait de disparaître dans l'abîme de Dieu que moi de fermer les yeux, et sont anéantis aussi totalement que s'ils n'étaient jamais arrivés.