Dieu seul DIEU Seul

DIEU seul Connaitre Dieu Union à Dieu Royaume de Dieu Spiritualité

Saint Bernard de Clairvaux

Aimer Dieu
Degrés d'amour de Dieu
Sur la Charité



moteur de recherche



Travaux de Mimi Cassis
. Spiritualité
. Chemin de la perfection

SPIRITUALITE CISTERCIENNE
Saint Bernard de Clairvaux

Dijon, 1090 - Clairvaux, 1153. Issue d'une famille noble, Bernard fréquente l'école de Saint-Vorles à Châtillon. C'est un élève intelligent et volontaire, mais timide et méditatif. En 1112, il entre au monastère de Cîteaux. Durand 3 ans, il mène une vie mystique très poussée au monastère de Cîteaux, marquée par l'étude, la prière, et aussi une terrible mortification qui crée chez lui un état d'épuisement et d'anémie dont il ne sortira jamais.
Dès 1115, son abbé charge Bernard de fonder l'abbaye de Clairvaux... Ordonné prêtre par l'évêque de Châlons-sur-Marne, le célèbre philosophe Guillaume de Champeaux, Bernard se lie avec ce maître d'une profonde amitié. Guillaume obtient qu'on lui laisse soigner Bernard. Après une année de repos, il rentre dans son monastère et contribue à l'expansion rapide de l'ordre de Cîteaux, tandis que Clairvaux connaît un essor prodigieux au point de compter 700 moines et de s'agréger 160 monastères... Jusqu'à sa mort, la sainteté de Bernard, l'ardeur de son zèle, le feu de sa parole et de ses écrits rayonnent sur toute la chrétienté... Plus que jamais, l'abbé de Clairvaux est la "colonne de l'église". Il combat la révolte mené à Rome contre le pape Eugène III par Arnaud de Brescia... Puis Eugène III le charge de prêcher la croisade contre les Turcs en 1146 ; il emporte l'adhésion du roi de France et de l'empereur Conrad...
Saint Bernard fut moins un thélogien qu'un contemplatif et aussi un moraliste exigeant, encore qu'il ait été proclamé docteur de l'église en 1830. De son importante oeuvre écrite, on conserve plus de 500 lettres. Il laisse de nombreux sermons et omélies, dont les plus beaux sont consacrés "A la louange de la Vierge Mère". Son lyrisme et son ardeur l'ont d'ailleurs fait surnommer le "docteur marial".
Mais si l'Europe dut beaucoup à Bernard, elle doit beaucoup aussi à ses moines, les "moines blancs" ou cisterciens, dont il fut le véritable fondateur.