Dieu seul DIEU Seul

DIEU Seul Dieu le Père Connaitre Dieu Union à Dieu Royaume de Dieu Spiritualité

Thérèse de Jésus
Chemin de la perfection

Chapitre 15
Chapitre 16 et 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22 et 23
Chapitre 24 et 25
Chapitre 26
Chapitre 27 & 28
Chapitre 29
Chapitre 30
Chapitre 31
Chapitre 32
Chapitre 33 & 34
Chapitre 35
Chapitre 36 & 37
Chapitre 38
Chapitre 39
Chapitre 40
Chapitre 41
Chapitre 42

LE CHEMIN DE LA PERFECTION
Chapitre 16

La contemplation demande une plus haute perfection de vie que la simple oraison.
- Pourquoi cependant Dieu élève quelquefois des âmes dissipées à la contemplation parfaite.

Avant de vous parler de la contemplation, permettez-moi de vous parler de quelques points importants qui peuvent vous paraître simples et sans valeurs. Si vous refusez de les entendre et de les mettre en pratique, vous resterez dans l’oraison mentale et vous ne progresserez pas sur le chemin de la contemplation.

Pour bien comprendre le sens de l’oraison mentale, il faut travailler à acquérir des vertus, qui vous aideront à arriver à la contemplation.
Si quelquefois Dieu attire certaines personnes qui n’ont pas ces vertus, c’est parce qu’Il veut les retirer des mains du démon.

Seigneur, Vous nous avez donné l’exemple en vainquant le démon quand il vous porta sur le haut du temple et à chaque fois qu’il s’adressait à Vous. Quelle honte pour les chrétiens de se laisser séduire par ce monstre.

Pour revenir à ce que je disais, mes filles, si Dieu accorde, à ces âmes dénuées de vertus, des goûts, des délices, des tendresses, c’est pour animer en elles les saints désirs. Parfois, même, Il les fait entrer dans une contemplation de courte durée.
Mais si ces âmes ne s’y disposent pas, pardonnez-nous Seigneur, de dire que c’est un bien grand mal que cette opposition : Vous allez vers les âmes et les âmes se détournent de Vous, pour s’attacher aux biens terrestres.

En constatant qu’elles ne sont pas bien résolues, Dieu les laisse dans l’oraison mentale. Cependant si des âmes restent fidèles et y répondent, Dieu ne cesse de les enrichir et de les conduire vers un degré plus élevé et deviennent ses enfants bien-aimés.

Heureuse union, mes filles. Heureux abandon des choses terrestres, qui nous donne une grande gloire. Qu’importe le monde si nous sommes dans les bras de Dieu. C’est Lui notre défenseur et Il aime ceux dont Il est aimé. Témoignez-Lui tout l’amour dont nous sommes capables. Quel bel échange que de Lui donner notre amour à la place du Sien. Nous ne pouvons rien que ce qu’Il nous fait pouvoir.

Seigneur, tout le mal que nous endurons vient de ce que nous ne tenons pas nos yeux tournés vers Vous. Nous ne tolérons pas qu’on nous déprécie, nous essayons d’excuser nos défauts. Demandez, mes filles, l’aide de Dieu pour vous dépasser. Je voudrais voir en vous cette sainte et audacieuse confiance que Dieu aide les braves.

Après cette digression, je reviens à l’oraison mentale et la contemplation.




Chapitre 17

Toutes les âmes ne sont pas faites pour la contemplation. Quelques-unes n’y arrivent que tard.
L’âme véritablement humble doit être contente de la voie par laquelle Notre-Seigneur la conduit.

Ne croyez pas, mes filles, que je vais aborder tout de suite l’oraison. Je dois d’abord vous parler de l’humilité. Rien n’est plus important que l’exercice à acquérir cette vertu.

Comment une personne humble pourrait-elle penser qu’elle est élevée au rang des contemplatifs ? La contemplation est une grande faveur de Dieu. Mieux vaut se mettre à la dernière place comme Notre Seigneur nous l’a enseigné. Disposez-vous à la contemplation et soumettez-vous à la volonté de Dieu. S’Il ne vous mène pas par ce chemin, soyez humbles et réjouissez-vous d’être dans ce couvent au lieu d’être les esclaves du démon.

Dieu ne nous conduit pas toutes par ce chemin. Même si toutes les religieuses s’appliquent à l’oraison, il ne s’ensuit pas qu’elles seront des contemplatives. On peut se sauver sans la contemplation. Travaillez à acquérir la plus belle des vertus, et Dieu vous récompensera dans l’autre vie. Surtout ne désespérez pas et n’abandonnez pas l’oraison. Toute personne qui suit la voie qui conduit à l’humilité, la mortification, le détachement et les autres vertus arriveront à la perfection aussi bien que les grands contemplatifs.

Sainte Marthe ne fut pas une contemplative comme sa soeur Madeleine qui était plongée dans la contemplation. Mais il fallait que Marthe serve l’hôte divin. Dans notre congrégation nous devons exercer les deux offices : la vie active et la vie contemplative, chacune de ces voies sert l’hôte divin.

Laissons donc Dieu choisir pour nous la voie que nous devons suivre. Laissez le Maître de la maison agir, Il choisit ce qui nous convient et ce qui Lui convient. S’Il vous refuse la contemplation et qu’IL veuille vous faire porter la croix, Il vous réservera d’autres joies au paradis. Que le choix de notre voie ne soit pas livré à notre libre arbitre. C’est plus sain pour notre vie spirituelle. Ne cherchons aucun avantage par le choix de notre propre volonté, afin d’éviter des pertes spirituelles. Si une âme est mortifiée, qu’elle soit sûre que Dieu lui réservera des gains considérables.